=
marketing-on-heels-canaliser-ses-idees-recrutement-ameliorer-marketing-entrepeneur-entretien-recruitement-entretien-non-verbal-para-verbal-chemise-presentation-oral-serrer-la-main

Les secrets d’un entretien réussi

Voici les secrets d’un entretien qui vous réussit !

 

Vous avez déjà fait des entretiens sans comprendre ce qui ne fonctionnait pas, alors que CV était fait pour le poste ?

Il faut savoir que la communication non-verbale est celle qui transmet le plus votre personnalité ou votre réaction face à une situation parfois stressante. Vous voulez savoir comment réussir votre entretien haut la main ?Alors voici toute les techniques apprises, développées, et expérimentées, même auprès de certaines personnes qui avaient abandonné l’idée de pouvoir trouver un travail !  

1 – La première impression doit être la bonne

 C’est peut-être un conseil classique mais… sachez votre allure compte. Venir habillé correctement est primordial pour la réussite d’un entretien. Pour autant, vous pouvez venir un peu plus “décontracté” si cela est dans la culture de l’entreprise. Pour cela, analysez bien votre potentiel employeur en amont pour connaître l’état d’esprit qui émane de l’entreprise. La checklist au préalable ; avoir un carnet de note et un crayon sur soi, ainsi que son CV au cas où, et son téléphone en silencieux après avoir vérifié que toutes les alarmes soient éteintes. En plus de votre tenue, c’est votre attitude qui va vous démarquer. Pensez donc à vous tenir droit et à sourire lorsque vous allez rencontrer votre recruteur directement. Réfléchissez à votre position si vous tenez un sac, une veste, etc… Il ne faut pas que cela soit un problème lorsque vous serrerez la main de votre recruteur.  

2 – La poignée de main détermine votre ambition

  La poignée de main est l’élément qui va positionner votre candidature dans les quelques premières secondes. C’est un point auquel on ne pense pas forcément, pourtant, il a été démontré par de nombreuses études que la poignée de main indique au recruteur votre ambition et votre position dans une équipe. Il ne faut pas qu’elle soit telle une feuille morte ou du genre à broyer les doigts. Il faut trouver le juste milieu, c’est-à-dire ferme, et adaptée à celle de la personne en face. Si c’est une main fine, vous devez rester ferme mais faites attention à votre force (c’est juste horrible quand on vous serre la main et que vous avez mal pendant quelques minutes pour un geste si simple…). Si c’est une main plus imposante, souvent celle d’un homme, sachez qu’une main imposante sera également forte dans sa structure musculaire ; et là, plus vous serrerez fort, moins vous vous ferez écraser. Evitez également les mains moites qui dégoûtent relativement rapidement les personnes qui ont le droit à une poignée huileuse. Si vous êtes stressé, que vous avez chaud ou toute autre raison qui fait que votre main le devienne avant une poignée fatidique : essuyez vous discrètement JUSTE avant. N’oubliez pas que c’est la première impression et qu’elle doit être positive avant même que vous commenciez à parler. Un petit gel hydroalcoolique ou un tour au lavabo fait aussi l’affaire. À propos de parler, n’oubliez le pas le “Bonjour Monsieur (ou Madame)” suivi de votre nom pour marquer votre candidature dans son esprit. C’est si simple, mais si important que l’on oublie souvent. Mais vous devez gagner des points partout où vous le pouvez.  

3 – Un début d’entretien marquant

 Alors pour cette étape cruciale, je commencerais par dire : attendez que votre recruteur vous invite à vous asseoir. C’est une preuve de politesse qui est généralement appréciée. Après si vous voyez qu’il y a vraiment un gros malaise de plus de 2 secondes, installez vous, mais n’hésitez pas à demander la permission pour éviter une erreur. Installez-vous rapidement, mais méthodiquement. Le sac ne doit pas vous gêner, tout comme la veste ou le manteau que vous avez porté à la main 5 minutes avant. Vous posez votre carnet sur la table avec votre crayon, et votre CV si le recruteur en a besoin (posez toujours la question, cela montre aussi que vous êtes prévoyant en toutes situations.) Tout votre matériel est en place ? Alors pensez à votre posture désormais ! On évite tout ce qui pourrait engendrer un tic ou un toc ;
  • pas de cheveux dans les yeux (pour les cheveux longs ou mi-longs, je recommande d’attacher les cheveux, ou si vous préférez comme moi les avoir détaché, mettre juste une barrette sur le haut de votre crâne en attachant les mèches qui pourraient vous gêner en tombant devant vos yeux)
  • attention si vous emmenez un stylo, à ne pas jouer avec l’embout pour générer un bruit énervant pour votre interlocuteur
  • la position du pied qui aurait tendance à déclencher un mouvement régulier de votre jambe et dérangeant pour le recruteur
 

4 – Une posture de force

 Les meilleures stratégies pour faire bonne impression à l’entretien sont dans cette partie, selon moi. 

La tenue physique parle d’elle-même

 
  • Pas de jambes croisées, les pieds à plats par terre, ou sur la chaise si celle-ci ne touche pas le sol.
 
  • Pas de bras croisés ou fermés. L’idéal est de s’exprimer le plus possible avec vos mains sur la table pour appuyer naturellement ses propos, et quand c’est à votre interlocuteur parler, veillez à les joindre sans les fermer complètement pour ne pas mettre une barrière entre votre recruteur et vous-même. Vous devez toujours avoir une posture d’ouverture, et cela passe également par les mains. Ne mettez jamais vos mains sous la table par exemple, s’il voit vos mains, c’est que vous êtes prêt à recevoir l’échange.
 
  • Gardez la tête droite et les épaules ouvertes vers l’arrière. Cette technique simple vous permet de montrer que vous avez confiance en vous, même si ça n’est pas le cas au premier abord. La posture vous incitera d’elle-même à vous mettre en avant pour vous rendre convainquant dans presque tout ce que vous dites. Alors obligez-vous, cela fait vraiment la différence quand on se tient droit et ouvert.
 

Le visage source d’affection

 
  • Regardez toujours votre interlocuteur. S’il y en a plusieurs, balayez le regard régulièrement, mais regardez tout le monde pour que personne ne se sente exclu de la conversation. Même s’il y en a un qui vous intimide, forcez-vous à lui sourire et à le regarder, vous verrez que l’affrontement implicite favorisera aussi l’empathie à votre égard.
 
  • Essayez de sourire le plus possible. Ça n’est pas évident quand on parle, on oublie vite, ou on se sent déstabilisé, mais en fait, si vous pensez à sourire régulièrement pendant votre discours ou votre écoute, le recruteur aura instinctivement une vision positive de vous. Peu importe ce que vous dites.
 

L’aisance par le souffle

  • Une fois que tous ces paramètres sont réglés, n’oubliez pas une chose importante : RESPIREZ. Un entretien, c’est souvent très stressant, surtout quand ça a vraiment de l’importance à nos yeux. Dites vous toujours une chose : Je n’ai rien à perdre, tout à gagner. Il vous faut entrer dans la pièce en vous disant “c’est parti !” comme si c’était un match, mais un match positif qui va se dérouler dans un échange constructif. Allez-y avec une position de vainqueur. Que vous ayez confiance en vous ou pas, respirez un grand coup avant d’entrer dans la pièce, tenez vous droit et dites vous que vous êtes le meilleur car ce poste est fait pour vous et vous seul.
 Ce ne sont pas des exercices faciles au premier abord, mais si vous vous obligez à pensez à ces points là, et vous verrez que vous en imposerez plus qu’auparavant dans l’inconscient de votre recruteur.  

5 – Un pitch bien rodé

 

La préparation pour être dans le bon mindset

Si vous préparez votre entretien au préalable, vous avez déjà gagné une bonne partie du match. En effet, le fait de vous renseigner sur l’entreprise que vous allez rencontré est un gros plus. Si vous sortez quelques chiffres clés (sans en faire trop), ou que vous connaissez certains noms ou certains prix remporté par l’entreprise par exemple, cela marque l’esprit. Le fait de vous être renseigné montre clairement votre intérêt. 

Se différencier dès le début

Alors, classiquement, on devrait vous demander votre présentation avec parcours, votre expérience professionnelle et vos objectifs à terme. Cette étape, un peu barbante pour vous comme pour le recruteur (qui a vu 50 candidats comme vous dans la journée), doit être un moment différenciant.  

S’approprier l’instant

Un petit conseil : à la fin de votre présentation classique, vous enchaînez en posant directement une question ou en abordant des valeurs propres à vous et qui se reflètent avec celles de l’entreprise. Votre philosophie ou votre état d’esprit doit ressortir, et si vous rebondissez en enchaînant sur une question, vous prenez les devants. Vous passez dans une position de force le temps de quelques secondes, et cela peut conditionner le reste de votre entretien. Si vous vous êtes perdus dans vos explications, c’est d’ailleurs un très bon moyen de rebondir de se tourner vers l’interlocuteur sous entendu “et vous, qu’est-ce que vous en pensez ?”. Car il est important de parler aussi au recruteur comme à un individu, et pas seulement comme à une fonction interne de l’entreprise. N’oubliez pas que vous ne voulez pas d’étiquette, alors n’en mettez pas aux autres. Voyez vraiment ce moment comme un échange, où tout le monde doit avoir gagné de nouvelles connaissances à la fin de ce temps fort.   

6 – Le match du recrutement

 Si vous avez anticipé un peu les questions classiques, vous devrez avoir l’avantage. “Pourquoi vous et pas un autre ?” / “Qualités, défauts, axes d’amélioration” / “Rôle dans l’entreprise”, etc, etc. 

Votre personnalité doit se démarquer

Sachez qu’un recruteur ne pose jamais de question piège. Ce qu’il cherche à savoir, c’est si ce qu’il a perçu à travers votre CV correspond bien à la personnalité qu’il a en face de lui. S’il y a des questions un peu “innovantes”, sachez qu’il cherche à se détendre. Quand il a enchaîné des dizaines et des dizaines d’entretiens, un recruteur a “besoin d’air”. Il va alors creuser dans vos centres d’intérêts. Il vous faudra donc mettre en avant ce que chacun vous apporter dans votre quotidien professionnel ; quelle qualité, quelle compétence, quelle aptitude… 

Soyez sûrs de vous, même dans la déstabilisation

Mais vous pouvez aussi avoir des questions plutôt inattendues. “Racontez moi une blague”. “Si vous étiez un animal, lequel et pourquoi?”. À vous de mettre en avant votre plus beau sourire et d’essayer de marcher sur les braises comme vous pouvez. Si vous ne sentez pas la réponse que vous êtes en train d’apporter, que vous ne savez pas où vous allez, il n’y a pas de honte à demander une reformulation le temps de réfléchir, ou une précision, ou même l’intérêt derrière cette question si vous ne voyez pas ce que cela peut lui apporter. 

Prenez l’avantage

Arrivé à la fin, le recruteur vous demande “avez-vous des questions ?”. Ce moment est déterminant pour votre entretien. Vous ne pouvez pas ne pas en avoir. Alors, avec une préparation en amont bien aiguisée, on se lance avec le sourire. Pour vous donnez quelques idées de questions pertinentes :
  • “J’ai cru voir que vous avez telles et telles valeurs qui sont soulignées sur votre site internet. Je voulais savoir en quoi vous vous le ressentez dans votre quotidien professionnel ? Sont-ce réellement les valeurs fondamentales de la société ?” 
 

Les autres préfèrent toujours parler d’eux-mêmes

Cette question va permettre de se retourner vers la personne en face de vous. Vous êtes en train de vous intéresser à lui/elle en tant que personne. Vous lui demandez un retour d’expérience de son quotidien pour connaître la vie dans cette entreprise. a vous fera aussi du bien d’écouter plutôt que parler comme vous l’avez fait jusque là. Et parfois même, ça fait redescendre complètement la tension car vous prenez l’avantage en échangeant les rôles. 

Décelez l’issue de l’entretien avant la fin

  • “Quel type de profil recherchez-vous pour ce poste ?” 
Généralement, la réponse à cette question va vous permettre de savoir si vous avez été convainquant ou pas. Selon la tournure de phrase que va utiliser votre interlocuteur, vous pouvez quasiment connaître la réponse à votre question “vais-je être embauché ?”. Après il y a des fois des surprises car vous en avez conclu que “oui” mais en fait, le recruteur aura eu un profil plus intéressant juste après vous, et là c’est plus de l’ordre de la concurrence que de votre prestation personnelle. 

7 – Conclure en beauté

 Bravo, vous avez eu une posture de gagnant, répondu aux questions avec détermination, (maintenant, il ne faut pas se casser la figure dans les escaliers, ce serait trop bête de briser toute la prestance que l’on a mis 30 minutes à construire dans les yeux du recruteur).  

La sortie compte autant que l’entrée

Alors, bien évidemment, on remercie de son plus beau sourire, on prend ses affaires (toujours de manière stratégique), une poignée de main ferme et rassurante en regardant la personne dans les yeux. 

Restez focus

Maintenant, vous ne vous déconcentrez pas. Parce que c’est souvent le moment où la pression se relâche, la tension est terminée, et patatra. Sachez que tant que vous n’êtes pas parti du site (oui jusqu’à votre voiture ou aux transports en commun), considérez que l’entretien n’est pas fini. C’est très important de rester dans le match jusqu’au bout. Parce qu’un mauvais retour d’un collègue ou d’un visiteur peut jouer en votre défaveur. Alors le sourire jusqu’au bout, mais on reste dans le “game” jusqu’à ce qu’on soit réellement parti du lieu. 

Montrez votre détermination

Il ne vous reste qu’à attendre la réponse. Si dans les 7 à 10 jours vous n’avez toujours rien, relancez. Cela peut aussi montrer vos motivations, et un candidat qui a fait cette démarche a parfois plus de chances de rester dans l’esprit du recruteur, qui peut oublier de vous donner une réponse. 
  J’espère que cet article vous aura plu, j’avais envie de transmettre un peu les techniques et stratégies que j’ai mise en place pour les entretiens de recrutement. Que vous soyez stagiaire, étudiant, candidat à une école, alternant, ou en recherche d’emploi, ces techniques peuvent vous servir, même dans le cadre d’un rendez-vous avec un client, ou un rendez-vous amoureux d’ailleurs. En espérant, vous avoir aidé au mieux ! Merci de me lire (n’hésitez pas à me donner des retours sur les réseaux sociaux ou en commentaires). Emy, de Marketing On Heels. 
entretien , travail , embauche

Tu as aimé cet article ?

Partage le sur Pinterest  !

Il te suffit de cliquer sur le logo Pinterest qui apparaît sur l’image !

1 réflexion sur “Les secrets d’un entretien réussi”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *